Aventures sur Eana > Actions & Décisions

Le journal d'Arkxus

(1/1)

Ivitz:
Premier Jour de voyage

Nous avons enfin démarré notre voyage vers les drakenbergen. Je ne connais pas bien ces montagnes naines mais je sais que le voyage ne sera pas de tout repos. Les membres de cette caravane sont pour les moins hétéroclites notre petit groupe mis à part.
Par ailleurs, je commence à m'habituer à leur présence, ce qui est une bonne chose pour nos difficultés à venir.

Voici mes premières réflexions sur les autres membres de la caravane:

-Salmus, un guerrier Tieffelin qui nous a gratifié d'une épreuve aussi inutile qu'imbécile qui consistait à courir derrière les chariots. Heureusement que mes camarades m'ont soutenu, je ne suis pas, pour ainsi dire, un grand athlète. Il semble s'être lié une sorte de saine rivalité avec notre cheffe Tomoe et leurs entrainement semblent leurs convenir à tous deux. il semble animé d'une animosité injustifiée envers notre compagnon Fazaïm. Pour ma part, je ne sais qu'en penser, mais je le garde à l’œil et cela a commencé dès ce soir.

-Shandat, tout chez lui est un mystère. La carte qu'il nous a montré, ses objets son attitude rien ne me rappelle quelque chose de connu. Cette énigme la, j'aimerai bien la résoudre, je sens que c'est important et je sens que je ne suis pas le seul à le penser.

-Kartak est un érudit pèlerin féru de religion. J'ai discuté longuement avec lui et je pense recommencer demain. Il a des choses à m'enseigner, et si il y a une chose que j'ai appris toutes ces années, c'est qu'aucun savoir n'est inutile.

Les autres, Tefa, Eramita, Tanurak et Caedis, me sont quasiment inconnus pour le moment, j'essayerai de remédier a cela durant le voyage. Il est important de rester en bon terme avec tous.

Ainsi s'achève cette première journée, et les étoiles commencent à s'illuminer sur le ciel couleur d'encre. Salmus à pris le premier tour de garde, tout semble paisible, du moins, pour le moment ...

Ivitz:
Quatrième jour de voyage

Nous avançons au rythme tranquille des bêtes de nos chariots. Le paysage se déroule doucement sous nos pieds et nous nous rapprochons inexorablement des Drakenbergen. J'ai décidé de repasser voir mon semblable il y a deux soirs de cela, ce fut une discussion intéressante. il m'a proposé un alcool que je n'avais jamais essayé, par Akhlitol que c'était fort! Je pense sincèrement qu'il pourrait jeter le contenu de sa fiole à la tête de n’importe quel monstre pour l'occire...

Sinon j'ai décidé d'aider au mieux les membres de la caravane en proposant mes services par ci par là. Je vois mes compagnons en faire autant, tous le monde à l'air de s'être trouvé un début de routine. J'en vois un certains nombre d'entre eux s’intéresser à Shandat...je dois bien admettre que je comprend leur intérêt vis à vis de cet homme si mystérieux, mais je les soupçonne également de ne pas satisfaire que leur curiosité. Ses compétences d'éclaireur semblent exceptionnelles...

J'ai beaucoup discuté avec Kartak, c'est vraiment un compagnon de route agréable. Je n'écoute pas toujours ce qu'il dit car il parle beaucoup et avec enthousiasme, mais certaines informations sur les démons pourraient être utiles dans ma quête personnelle. Je n'oublie pas ce que je fais ici, je dois comprendre en quoi ces gemmes sont liées à mon histoire et je n'oublie pas qu'un jour venu, je devrais honorer mon pacte.

Pour le moment nous n'avons rencontrés, pour ainsi dire, aucun problème.Ma vigilance baisse un peu avec les jours et je m’interroge sur les événements à venir. En étant objectif, cette caravane est plutôt bien défendue et seul un groupe de bandits bien rodés s'oseraient à l'attaquer.

Le vent s'est rafraîchi à l'approche des montagnes (ce qui semble particulièrement déplaire à mon ami du sud) et pour le moment, j'apprécie ce voyage paisible.Je me mets souvent à imaginer, lorsque je couche sur papier mes réflexions, à celles et ceux qui n'ont connus que ce genre de vie, fermier, forgeron, commerçant... Une vie sans rapine, sans tueries sanglantes, sans démons, sans monstres...

Ou autrement dit, sans intérêt...

Ivitz:
Jour 15.

Nous sommes partis hier pour aller chercher des épices dans une auberge au milieu des bois. J'ai tout de suite détesté cet aubergiste, mais, entouré de mes camarades, ma méfiance s'est endormie. A tort. Au milieu de la nuit nous avons été attaqués par un Mimic et Allywen  a failli se noyer dévoré par des brochets. Pas très distinguée comme mort...
Nous nous en sommes sortis...Ensemble. Déjà ce constat m'agace! Je n'était pas assez fort, et sans eux je serais mort aujourd'hui.
Cependant, le pire reste à venir. Nous avons retrouvé ce satané aubergiste ligoté comme un jambon dans une de se propre chambre. Je l'ai menacé, interrogé et une fois encore, j'ai baissé ma garde. Il m'a blessé si gravement que sans l'intervention héroïque de Fazaim et Allywen je serais mort une deuxième fois. C'était une sorte de Changeforme, cette saleté à prit mon apparence pour combattre...

Nous l'avons tué et avons trouvé la femme et les enfants du vrai aubergiste cet fois. Il n'en serait tenu qu'a moi seul, je les tuais tous et je foutais le feu à cette maudite baraque !

Akhlitôl, j'ai prêté serment en tes noirs dessins, ce n'est pas pour me retrouver les tripes à l'air à cause d'un maudit Changeforme. Je suis ce soir consumé par la haine d'avoir été aussi naïf et stupide. Je le jure sur notre serment suzeraine, il n'y aura pas de doute la prochaine fois et c'est par le feu bleu qu'ils brûleront tous.
Il me faut plus de puissance suzeraine pour accomplir ma voie, beaucoup plus, toujours plus...

Ivitz:
Quatrième semaine de Voyage.

"Choses étrange que le destin et les êtres qui le façonnent. De longues années se sont écoulées depuis le meurtre du frère et mon évasion du monastère en quête de mes origines. J'ai voyagé et rencontré de nombreux anonymes venant de contrées lointaines et mystérieuses. Je les écoutais d'une oreille distraite et dans le fond, leur vie ne m'intéressait pas. Seule ma quête comptait. De carnage en carnage Akhlitôl me soutenait, à chaque goutte de sang versée, et sans Elle, j'aurai déjà abandonné.

Mais depuis plusieurs semaines et la rencontre de mes compagnons de cité franche, les choses ont évoluées. Le fil de mon destin s'est entremêlé avec celui d'un pèlerin de passage nommé Kartak. Les longues discussions que nous avons eus nous ont un jour amené sur le domaine divin de la déesse de la nuit. Pour être franc, j'ai toujours pensé les dieux inutiles mais celle ci m'intriguait. D'abord parce que mon camarade de combat Ba'zin la vénérait et qu'il me répétait sans cesse que sa Dame me protégeait. Grâce à Kartak j'ai compris que Xonim, autre nom de la Dame Nuit, avait une sorte de faveur pour les Tieffelin. Jusque ici, jamais au grand jamais je n'aurais pensé qu'une divinité puisse s'intéresser au fils d'un démon.

Plus tard, pendant l'attaque du relais, le souffle de la mort est passé à côté de moi. J'ai senti les griffes et les crocs des Worgs lacérés chaque centimètre carré de ma peau, arrachés chaque écailles le long de mon dos. En cet instant, comme à chaque bain de sang, j'entendis la voix serpentine de ma suzeraine clairement dans ma tête, des mots teintés de puissance m'exhortant à me venger, à tuer encore et encore pour accomplir mon pacte. Mon esprit se rapprochant toujours plus de la folie et les éclats de rire d'Akhlitôl accompagnant toujours ces requiem morbides.

Pourtant...

Pourtant cette fois au milieu de la bataille, des cris, de la fureur des lames et des flèches, je l'ai entendu aussi. Sa voix, froide et dure comme la pierre, mais tellement réconfortante. J'ai senti la résolution nouvelle insufflée dans mon corps à l'écoute de cette litanie profonde et mélodieuse et, j'ai survécu. Quelques minutes plus tard, après avoir quitté le rempart, j'ai reçu des soins de mon camarade Ba'zin, adorateur de la Magicienne, et je l'ai ressenti de nouveau.

L'appel.

Pour la première fois de mon existence j'ai remercié une autre entité que celles de l'Oblivion et peut être même, que d'une manière très personnelle et inadéquate, j'ai demandé son aide. Oui, pour la première fois, j'ai prié Nuit.

Après cela, tout a changé. J'entends toujours le son de ma suzeraine m'exhortant à la destruction de mes ennemis, peut être encore plus clairement qu'avant. Mais désormais, dans le noir, lorsque je suis seul avec mes pensées, une autre voix se mêle et m'incline aux commandements de la Nuit. Et gare à celui qui ne les respectent pas. Depuis, chaque matin je prie. Et chaque matin je deviens plus fort, sentant la force de Xonim infuser mon corps.

Je m'amuse de savoir que je suis devenu le pantin de force cosmique, leurs luttes incessantes et leurs débats interminables pour la capture de mon esprit.

je vais devenir fou. Je l'ai toujours su. Mais,si la folie permet de brûler vif mon ennemi dans une agonie sans nom d'un simple claquement de doigts, alors c'est pleinement que je l'embrasse.

Que la vengeance et la Nuit pavent mon chemin désormais, ainsi soit il !

Ivitz:
cinquième semaine de voyage:

Les phénomènes étranges se multiplient sur notre route. Nous dormons ce soir dans une caverne, et Caedis, la barde maudite, a encore raconté une bien triste histoire sur l'un de nos compagnons de route. Je redoute ce qu'elle dira me concernant car j'ai toujours considéré mon passé comme un secret intime. Cependant, il sera peut être utile de la laisser parler. Depuis des années je cherche mon ascendance et peut être que l’étrange pouvoir de la conteuse me le révélera. Les choses prennent une tournure inattendue et j'avoue, qu'à mon départ de cité franche, je ne pensai pas me lancer dans une telle aventure. Mes compagnons de route se révèlent de façon mystérieuse, et nombre d'entre eux me questionne:
Allywen, sa spontanéité et sa bonté, a quel moment son cœur rencontrera la cruauté?
Ba'zin le prêtre fidèle de la Nuit, compagnon de vocation désormais, son amour pour la Dame sera t-il un jour partagé ?
Tomoe, fière et féroce guerrière du Kaan, que cache t'elle derrière un tel sens de l'honneur ?
Fa'zaim le moine voleur, qui semble chercher sa voie parmi le destin qui se dessine sous ses pieds, le trouvera t-il un jour?
Et Aerlinn, l'elfe des bois, un jour sa tristesse se muera t'elle en joie ?
Et que dire d'Arkxus, le tiefelin en colère de son propre destin, arrivera t'il a accepter sa condition ?

Voilà les questions qui hanteront mon sommeil ce soir...
 

Navigation

[0] Index des messages

Sortir du mode mobile